49 – Le paysage de combes

Paysage 49 IMG_5987

Le revers de la côte de Meuse, le plateau sur lequel on doit grimper dès qu’on s’en va vers l’ouest, n’est pas si plat qu’on l’imagine. Il est modelé par les combes. Une végétation de buissons – arbustes, arbrisseaux, taillis – s’accroche souvent aux flancs de celles-ci, même modestes : on voit les « têtes » vertes émerger de la masse blonde des céréales, l’été, ou de l’étendue brune des champs enfin moissonnés en ce début de septembre.

Au milieu de ces champs, ce sont souvent les seuls éléments du parcellaire privé qui ne sont pas cultivés. Tant que les machines peinent à y travailler, ils  constituent alors les derniers refuges pour bon nombre d’oiseaux, de petits mammifères et d’insectes.

6 – Le paysage relief

VosgesVous n’aimiez pas la géo, à l’école ? Ce n’est pas grave.  Voilà deux semaines que vous regardez le paysage, et vous voyez des combes, des vallons, des coteaux, des plateaux, des ruisseaux, des étangs, une falaise, une crête : de la géographie à l’état pur. De la géographie physique. Et ça passe tout seul ! Heureux miracle !

Le paysage, c’est d’abord cela, ce sol qui supporte tout, avec son relief, avec ses cours d’eau. Autant dire qu’il n’est pas tout jeune, notre paysage. Avec ses accumulations de sédiments qui vous font les calcaires au fond des mers, avec ses soubresauts qui vous font surgir une montagne, avec ses mouvements désordonnés qui vous effondrent une vallée ; puis l’usure du temps et du climat, qui vous arrondit les angles et adoucit les pentes.

Tiens, vous avez vu ? Tous les villages de la vallée de la Saônelle, Villouxel, Pargny-sous-Mureau, Midrevaux, Sionne… tous calés à l’abri de la côte, tournés vers les premiers rayons du soleil levant. Et Autigny-la-Tour ? Lové dans un méandre du Vair. Vous avez vu, aussi, les prairies en fond de vallée, les champs et les forêts sur les plateaux ? Et vous savez que sur les flancs de nos montagnes vosgiennes s’étagent les forêts de feuillus, puis les sapins, enfin les chaumes, ras. Le relief crée les zones d’ombre et les zones de soleil, il crée les abris et les étendues ouvertes, crée les sols fertiles et ceux qui le sont moins. La diversité de la végétation, la diversité de l’occupation des sols…. et la diversité du paysage que nous regardons en résultent directement.