50 – Le paysage des lignes effacées

Paysage_50_2013_09_12

Les vacances sont finies. Le ciel se grise et il bruine. Qu’avons-nous vu cet été dans le paysage ?

Nous avons vus les « gros » éléments, isolés, différents du reste de leur environnement : des bosquets, la masse d’une forêt, des constructions à l’écart d’un village,  des éoliennes au milieu des champs. Nous avons vu des lignes, certaines régulières – alignement d’arbres ou haies bordant une route ou une voie ferrée, trame des champs -, d’autres souples – les rivières et leurs ripisylves, les combes, soulignées par les buissons qui s’accrochent à leurs flancs et dont on voit la tête dépasser, de loin.

L’avez-vous remarqué ? Tout un motif de lignes a disparu. Le patchwork des champs, aux nuances plus ou moins dorées ou plus ou moins vertes avant la moisson, a laissé la place à un vaste désert uniforme  de terre et de cailloux. Peu de vie au-dessus du sol, sur de telles étendues.