82 – Un paysage d’une journée de travail

Une route au premier plan, une voie ferrée au centre, l’autoroute par-dessus, un poteau électrique, des poteaux téléphoniques, les caténaires, le pont et son garde-corps solide mais bien peu élégant. C’est ce que l’on voyait depuis les ateliers où j’étais l’autre jour. Si l’on ouvrait les fenêtres, c’était le bruit incessant du trafic sur l’autoroute, renforcé par celui d’engins de chantier aménageant une nouvelle bretelle, entrecoupé, régulièrement, par celui du train.

Ce paysage  – que ni vous ni moi ne souhaiterions avoir à la porte de notre maison – a une certaine logique : pour se déplacer efficacement, rien de tel que la ligne droite et le fond des vallées. C’est pour cela que l’on retrouve souvent, côte-à-côte, routes et voies ferrées, comme ici dans la vallée de la Bourbre, sur une quasi ligne droite Lyon-Chambéry. C’est là aussi que l’on retrouve, au bord des villes, les zones d’activité, qui profitent de cette proximité des voies de transport. Surtout, on y est moins gêné par les désagréments visuels, auditifs et de pollution : on ne s’installe pas « en terrasse » des ateliers pour prendre l’apéro, on ne cultive pas ses légumes devant le quai de chargement, on ne passe pas ses nuits au bureau à chercher le sommeil blotti sous la couette.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s