68 – Colette et le paysage

Pourquoi on ne peut pas faire ce qu’on veut sur une façade ? Parce que Colette ne peut pas se promener à poil dans la rue ! Vous ne voyez pas ? Mais si…. Justement : parce que tout le monde verrait ….

La commune de Favières, en Meurthe-et-Moselle, voisine de Gélaucourt, à 8 kilomètres au nord d’Aroffe, a compris. Pas question de faire n’importe quoi avec les façades, vues par les 600 habitants – et les visiteurs. Pour préserver la qualité du paysage du village, respecter la qualité des constructions, tirer avantage de la qualité des matériaux, elle a utilisé un outil : l’article 123.1.5 du code de l’urbanisme.

Il a fallu d’abord identifier ce qui faisait cette qualité de l’espace public. 111 façades et 34 autres éléments, notamment des arbres remarquables, ont été photographiés et analysés. Il a fallu ensuite définir les éléments méritant d’être préservés. Il a fallu enfin aiguiser les regards et partager les objectifs avec les habitants.

Il n’y a pas une construction d’avant la Seconde Guerre mondiale qui ne comportait un minimum d’éléments à protéger. Tout cela a été indexé dans le PLU (Plan Local d’Urbanisme). Les maisons en mauvais état sont également concernées, puisque le PLU interdit leur destruction et encourage leur reconstruction en respectant les caractéristiques du bâti ancien.

Vous aussi, lisez la revue de Maisons Paysannes de France, dans laquelle j’ai trouvé cette bonne information. Vous ne serez pas déçu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s