29 – Le paysage européen

Paysage_29_2013_03_29

Il a beaucoup été question de paysage, cette semaine. Au Conseil de l’Europe, à Strasbourg, se tenait mardi et mercredi la 7ème Conférence sur la Convention Européenne du paysage.

Le Conseil de l’Europe, ça vous dit quelque chose ? C’est la première institution européenne créée après la Seconde guerre mondiale, en 1949. Rien à voir avec l’Union Européenne, l' »Europe », comme on dit. Le Conseil de l’Europe … c’est 47 pays, 20 de plus que l’UE : on parle de la « Pan-Europe », c’est-à-dire « l’Europe entière ». L’Azerbaïdjan, par exemple, la République de Moldova, la Turquie (depuis 1949!), la Russie etc. en font partie. Cela représente près d’un milliard d’habitants !

La raison d’être du Conseil de l’Europe,  après les horreurs du nazisme et de la guerre, c’était et c’est bien sûr la défense des droits de l’homme, de la démocratie, et de l’état de droit.

Le Conseil de l’Europe fonctionne avec : un Comité des Ministres – composé des ministres des Affaires étrangères et des représentants diplomatiques des pays membres – ; une Assemblée parlementaire – constituée de représentants nommés par les parlements nationaux de chaque pays  – ; un Congrès des pouvoirs locaux et régionaux – assemblée d’élus locaux – ; une Conférence des Organisations Internationales Non Gouvernementales – qui regroupe des délégués représentant 365 OING – ; et un Secrétariat (qui compte dix fois moins de personnel que la Commission européenne…, pour un budget, en 2005, de 0,2% de celui de l’UE). Remarquez en passant que le Conseil de l’Europe applique la démocratie mieux que les pays pris individuellement : les associations  – les OING -, c’est nous ! Nous, citoyens, nous qu’on appelle aussi la « société civile ». Au Conseil de l’Europe, les OING ont un statut participatif, c’est-à-dire qu’elles participent aux décisions.

Le Conseil de l’Europe est une grosse marmite qui bouillonne : on y réfléchit beaucoup ; on y partage les expériences – un partage d’autant plus riche qu’il y a tant de pays et de personnes représentés ! -; on y met en valeur la richesse culturelle commune de l’Europe (avec les Itinéraires culturels européens, tels le chemin de Saint-Jacques, par exemple) ; on y défend concrètement les droits de l’homme (avec la Cour européenne des droits de l’homme) ; on y débat et on se met d’accord sur des principes et des actions pour garantir la démocratie et  promouvoir une citoyenneté commune. Cela aboutit à des traités – plus de 200, à ce jour –  que les Etats s’engagent à appliquer en les signant et en les ratifiant. Le plus connu est la Convention européenne des droits de l’homme. Mais il y a aussi  la Convention de Berne sur la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel, la Convention contre le dopage, la Convention pour la sauvegarde du patrimoine architectural en Europe, la Charte sociale européenne etc.

Et bien sûr, la Convention européenne des paysages. Tous les deux ans, les représentants des Etats font le point sur l’application de la Convention dans leur pays. Sous le regard et avec la participation des OING. C’est cela, la « Conférence de la Convention » qui s’est tenue en ce début de semaine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s